Baloo l’épicurien


E T C / vendredi, octobre 20th, 2017
Encore un petit bonheur qui a pour origine l’écoute d’Europe 1. J’aime écouter chaque matin Le fin mot de l’info (ex Morale de l’info) de Raphaël Enthoven, le prof de philo le plus médiatisé de France.
Aujourd’hui, il a repris le refrain fredonné par Baloo dans Le livre de la jungle, « il en faut peu pour être heureux », chanson qui a rendu ma journée plus légère . « Il faut se satisfaire du nécessaire (…) et tu verras qu’ tout est résolu lorsque l’on se passe des choses superflues alors tu ne t’en fais plus ! ».
Ainsi, avec cette philosophie de vie, Baloo se voit classé par Enthoven comme un disciple d’Epicure. On imagine souvent un épicurien bon vivant, entouré de bonne victuailles et bons vins. Or l’épicurisme est plus subtil que ce cliché : l’épicurien recherche la satisfaction de ses besoins naturels et nécessaires. Sa sagesse limite strictement ses désirs aux choses essentielles de la vie en profitant pleinement de l’instant présent. Exit donc le superflu, la surabondance, le luxe ! Pour Baloo le bonheur rime avec un peu de miel, des fruits sans épine et des fourmis.
Cette conception du bonheur me fait alors penser à celle de Créon, qui dit à Antigone (d’Anouilh) que le bonheur est une petite chose dure et simple qu’on grignote assis au soleil, c’est un livre qu’on aime, c’est un enfant qui joue à vos pieds, un banc pour se reposer le soir devant sa maison…
Et pour conclure, un autre disciple d’Epicure qui disait : « Carpe Diem » ! Et pour vous, quel est votre bonheur tout simple d’épicurien ?

En écoute :

Partagez ce bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *