Jules et Thomas, histoires naturelles et surnaturelles


C U L T U R E / lundi, octobre 23rd, 2017
Depuis le début de “1 bonheur par jour”, j’encense Europe 1 et la présente comme ma radio préférée. Petit bémol : je regrette le départ forcé de Thomas Sotto qui égayait mes débuts de journée avec son ton enjoué et ses traits d’humour toujours intelligents. J’aimais ses références régulières à Jules Renard, et j’étais heureuse de l’entendre citer à nouveau l’écrivain lors de son premier numéro de Complément d’enquête.
Vingt ans plus tôt, un autre Thomas m’a fait découvrir le Journal de Jules Renard, recueil de réflexions sans fioriture et d’une ironique lucidité. Si cet homme n’était pas ce qu’on peut appeler un optimiste, compte tenu de son début de vie difficile (tout le monde se souvient de son autobiographique Poil de Carotte), il trouvait le bonheur dans la littérature. Ainsi disait-il : « Quand je pense à tous les livres qu’il me reste encore à lire, j’ai la certitude d’être encore heureux ».
Cet autre Thomas n’est autre que le chanteur Thomas Fersen, parigot provincial saltimbanque qui nous conte le Paris de Doisneau et de Prévert, dresse son bestiaire de cabinet de curiosités tel Jean de la Fonfaine et cultive l’ironie à la Jules Renard. Ses histoires cruelles et d’amours loupées prennent un ton incroyablement léger et guilleret, au son des rimes de mots savoureux et de mélodies joyeuses de banjo et d’ukulélé !

Thomas Fersen en écoute :

Partagez ce bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *